Séminaire Raison(s) Pratique(s): Franck Fischbach

Le lundi 23 mai 2022, de 17h à 19h,

le Séminaire “Raison(s) pratique(s)” accueillera

Franck Fischbach (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

qui donnera une conférence intitulée :

Qu’est-ce que faire (quelque chose) ensemble ?

Le séminaire se tiendra dans la salle 13 (Bât 1, 2ème étage) – centre Lourcine

 

Pour s’inscrire en présentiel : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-raison-s-pratique-s-quhf1duh
Pour s’inscrire en zoom : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-raison-s-pratique-s-zoom-8hbo6jym

 

Table ronde La Revendication des droits. Une étude de l’équilibre des raisons dans le libéralisme

Mercredi 18 mai
de 9h à 12h

Table ronde autour de l’ouvrage

d’Emmanuel Picavet,

La Revendication des droits.
Une étude de l’équilibre des raisons dans le libéralisme
(Classiques Garnier, collection « Classiques Jaunes », 2021)

 

Centre Lourcine, open space
(1 rue de la Glacière, 3 étage)

 

Emmanuel Picavet présentera son ouvrage en dialogue avec Véronique Champeil-Desplats (Université Paris Nanterre), Pierre Demeulenaere (Sorbonne Université), Marc Goetzmann (Université de Tours) et Pierre-Yves Quiviger (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

La table ronde sera animée par Isabelle Aubert et Pierre-Yves Quiviger.

Cet événement est organisé en partenariat avec la Société Française de Philosophie Juridique

Pour s’inscrire : https://evento.univ-paris1.fr/survey/table-ronde-autour-du-livre-demmanuel-picavet-wmtv4obj

 

 

Séminaire Raison(s) Pratique(s) : Patrick Savidan

Le mercredi 18 mai 2022, de 17h à 19h,

le Séminaire “Raison(s) pratique(s)” accueillera

Patrick Savidan (Université Paris II Panthéon-Assas)

qui donnera une conférence intitulée :

La vertu des politiques : réflexions à partir de la question sociale

 

Pour s’inscrire en présentiel (salle 307 – centre Panthéon) : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-raison-s-pratique-s-s50eeflc
Pour s’inscrire en zoom : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-raison-s-p…-9nfjd4ap

 

Colloque Pratiques réactives (Projet ANR REACT -ANR-20-CE28-0012)

Le jeudi 12 mai et le vendredi 13 mai aura lieu, à Paris, le premier colloque public du projet ANR REACT (ANR-20-CE28-0012). Ce projet porte sur les “pratiques réactives” : nos pratiques en rapport avec l’expérience d’une injustice ou d’un tort, telles que la punition, le blâme, la honte et le pardon. Nous nous interrogeons sur les différences et les similitudes entre ces pratiques et les “attitudes réactives” théorisées par Strawson dans “Freedom and Resentment” (1962) ; sur leurs mauvais usages et, notamment, leurs effets en termes de stigmatisation, de marginalisation et de discrimination ; enfin, sur les moyens dont nous disposons pour les corriger. Le projet REACT comporte deux axes appliqués : un premier sur l’addiction dans lequel nous réfléchissons sur les pratiques réactives vis-à-vis des personnes addictes ; un second dans lequel nous explorons un sous-ensemble de pratiques réactives, à savoir les réponses pénales et, en particulier, les réponses non punitives. Ce colloque réunit des experts internationaux en philosophie morale, politique et juridique. Ils exploreront, chacun à leur manière, la notion de pratique réactive, ses implications éthiques, ses dimensions affectives et émotionnelles, afin de mieux la cerner et de montrer sa fécondité.

Date : 12-13 mai

Lieu : 21 Rue Broca, 75005 Paris, septième étage, salle de conférence.

Langue : anglais.

Inscription obligatoire : 

https://evento.univ-paris1.fr/survey/colloque-internation…-b793oj54 

 

PROGRAMME

Jeudi 12 mai

13h30-13h45 | Laurent Jaffro (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) | Présentation du projet REACT

13h45-15h15 | Glen Pettigrove (Université de Glasgow) | “Practicing Anger”

Pause

15h30-17h | Carla Bagnoli (Université de Modène) | “Blaming the Bystander”

Pause

17h15-18h45 | Stéphane Lemaire (Université de Rennes) | “Norms, Emotional Dispositions and Social Practices”

 

Vendredi 13 mai

9h-10h30 | Mihaela Mihai (Université d’Édimbourg) | “Guilt and Shame in the Anthropocene: Ecological Responsibility and Its Ambiguities”

Pause

11h-12h30 | Erin Kelly (Université Tufts) | “Restorative Practices of Accountability”

 

***

On Thursday 12 and Friday 13 May, the first public workshop of the ANR REACT project (ANR-20-CE28-0012) will take place in Paris. This project focuses on ‘reactive practices’: the practices we engage in when facing wrongness, such as punishment, blame, shame and forgiveness. We examine the differences and similarities between these practices and the ‘reactive attitudes’ theorised by Strawson in Freedom and Resentment (1962); their misuse and, in particular, their effects in terms of stigmatisation, marginalisation and discrimination; and the ways in which we can correct them. The REACT project has two applied branches: one on addiction in which we reflect on reactive practices towards addicts; a second in which we explore a subset of reactive practices, namely penal responses and, in particular, non-punitive responses. This workshop brings together international experts in moral, political and legal philosophy. They will each, in their own way, explore the notion of reactive practice, its ethical implications, its affective and emotional dimensions, in order to better define it and show its fruitfulness.

Location: 21 Rue Broca, 75005 Paris, 7th floor, conference room.

Language: English.

Mandatory registration:
https://evento.univ-paris1.fr/survey/colloque-internation…-b793oj54

Thursday, May 12

1:30-1:45 p.m. | Laurent Jaffro (Paris 1 Panthéon-Sorbonne University) | Presentation of the REACT project

1:45-3:15 p.m. | Glen Pettigrove (University of Glasgow) | “Practicing Anger”

Break

3:30-5 p.m. | Carla Bagnoli (University of Modena) | “Blaming the Bystander”

Break

5:15-6:45 p.m. | Stéphane Lemaire (University of Rennes) | “Norms, Emotional Dispositions and Social Practices”

 

Friday, May 13

9-10:30 a.m. | Mihaela Mihai (University of Edinburgh) | “Guilt and Shame in the Anthropocene: Ecological Responsibility and Its Ambiguities”

Break

11-12:30 a.m. | Erin Kelly (Tufts University) | “Restorative Practices of Accountability”

 

Contact : nicolas.nayfeld@univ-paris1.fr & deluca0104@gmail.com 

Colloque international Injustices épistémiques : approches en philosophie sociale, morale et politique

Colloque international / International Conference

Injustices épistémiques:  approches en philosophie sociale, morale et politique

Epistemic injustices: perspectives in social, moral and political philosophy

 

19-20 mai 2022

 

Organisation : Magali Bessone (PR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS), Marie Garrau (MCF, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS), Cécile Lavergne (MCF, Université de Lille, STL)

19-20 mai Université Paris 1 (Campus Port Royal)  /17 mai (MESHS Lille)

Inscription (Campus Port Royal) : cliquer ici

Inscription au Zoom : cliquer ici

 

JEUDI 19 MAI

9h : Accueil

9h30-12h30 : Epistemic effects of domination

Présidence de séance : Astrid von Busekist (Science Po Paris)

9h30-10h30 : Miranda Fricker (City University of New York), Institutionalised Testimonial Injustices 

10h30-11h30 : Emmanuel Renault (Université Paris Nanterre, Sophiapol), How does epistemic justice relate to domination ? 

11h30-12h30 : Marie Garrau (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS), Thinking about the denial of vulnerability through the lens of epistemologies of ignorance

14h-17h : Epistemic silencing and ignoring

Présidence de séance : Isabelle Aubert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

14h-15h : Alexane Guérin (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS), Date rape victims as non-ideally traumatized victims : Analysis of agential epistemic smothering (in videoconference)

15h-16h : Shannon Sullivan (University of North Carolina at Charlotte), Racialized Habits, Character Analysis, and the Epistemology of Ignorance (in videoconference)

16h-17h : Magali Bessone (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS), ‘L’Européen sait et ne sait pas’. Frantz Fanon and epistemologies of ignorance

 

VENDREDI 20 MAI

9h-11h : Epistemic Agency and Responsibility

Présidence de séance : Mickaëlle Provost (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Amandine Catala (Université du Québéc à Montréal), A pluralist conception of epistemic injustice and agency

Lubomira Radoilska (University of Kent), Answerability and Epistemic Dis-Credit

11h-13h : Epistemological issues

Présidence de séance : Eléonore Le Jallé (Université de Lille)

Amaranta Lopez (EHESS, Institut Jean Nicod), Algorithmic Oppression and Epistemic Injustice

Cécile Lavergne (Université de Lille, STL), The Inquiry on epistemic injustices : epistemological issues

MARDI 17 MAI 14H-17H

MESHS DE LILLE 

Organisation : Cécile Lavergne, Marion Carrel, Aline Chamahian

Workshop avec Amandine Catala (dans le cadre du projet EVEREST)

« Enquêter sur les situations de vulnérabilité en temps de COVID : l’apport des travaux sur l’injustice épistémique »

 

Argumentaire du colloque – Version française :

L’injustice épistémique, définie par la théoricienne Miranda Fricker dans son livre Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing, 2007, connaît une actualité importante en philosophie sociale, morale et politique, depuis une quinzaine d’année. C’est cette actualité que nous voudrions faire découvrir au public universitaire français en créant les conditions d’une réflexion et de discussions sur ce concept devenu central désormais dans le champ foisonnant des théories de la justice. Ce concept désigne pour Fricker une forme d’injustice spécifiquement liée au savoir. Fricker en dégage deux formes principales : l’injustice testimoniale, lorsque la capacité à narrer sa propre expérience est remise en question, inaudible, non légitime ; l’injustice herméneutique, qui renvoie à l’incapacité à interpréter sa propre situation ou expérience, en l’absence de compétences pour les interpréter dans les cadres dominants, ou en l’absence de ressources interprétatives propres aux groupes victimes de cette forme d’injustice.

La conceptualisation de Fricker permet de faire des questions de savoir qui est considéré·e comme un locuteur ou une locutrice digne d’être entendu·e et quelles expériences comptent socialement des questions centrales de justice. En interrogeant les déterminants sociaux et psycho-sociaux de ces formes d’injustice, elle ouvre en outre à une analyse des stéréotypes qui affectent certains groupes dans leur qualité de producteur de savoir – recoupant ainsi les théories de la reconnaissance ou la sociologie critique – et invite à une étude des mécanismes par le biais desquels se constituent des formes d’ignorance structurelle mais diversement distribuée touchant certaines expériences sociales ou certaines sphères de la vie sociale – en écho ici aux théories de l’idéologie et aux épistémologies féministes du point de vue. Enfin, en soutenant que le développement de vertus épistémiques spécifiques – telles que l’écoute, l’attention ou la responsabilité épistémique – constituent des réponses nécessaires à l’injustice épistémique, Fricker repose la question des rapports entre éthique et politique et la place des vertus épistémiques dans un projet politique de transformation sociale. Son approche, et les travaux nombreux qui s’en sont nourris, en particulier dans le champ des études sur le genre et la race, restent encore peu connus et travaillés en France et méritent à ce titre de faire l’objet d’un colloque qui tire le bilan des travaux faits sur la question tout en ouvrant des pistes nouvelles de recherche.

Le colloque s’articulera ainsi autour de trois axes principaux : (1) un premier axe, conceptuel, se donnerait pour but d’interroger le périmètre du concept d’injustice épistémique et sa pertinence pour penser un certain nombre de phénomènes sociaux, ainsi que ses rapports avec des concepts proches et davantage mobilisés en France, tels que les concepts de violence symbolique ou déni de reconnaissance ; (2) un deuxième axe, relevant davantage de la philosophie sociale, viserait à questionner les déterminants sociaux et psycho-sociaux du phénomène en question et la manière dont ils sont analysés, dans le travail de Fricker et au-delà – en particulier dans les travaux de Charles Mills, Shannon Sullivan ou José Médina. On se concentrera en particulier dans ce cadre sur la manière dont les auteurs et autrices qui mobilisent ce concept résolvent la question de l’articulation entre vices et vertus d’un côté (ou dispositions perceptuelles et morales) et structures sociales, et sur la place qu’ils et elles donnent dans l’étiologie des injustices épistémiques aux rapports sociaux de domination. Enfin (3), un troisième axe, relevant de la philosophie politique cette fois, posera la question de savoir ce que fait ce concept à nos conceptions de la justice et la question des formes de résistances et dispositifs institutionnels à même d’y répondre. Comment concevoir la justice épistémique, et ses rapports avec la justice sociale et la justice distributive. Comment articuler le souci de cultiver les vertus épistémiques requises et l’impératif de modifier les conditions structurelles de production du savoir et d’allocation des positions au sein de l’espace social du savoir ? Quels enseignements peuvent-être tirer de l’expérience des mouvements sociaux passés ? Telles seront quelques-unes des questions sur lesquelles nous nous concentrerons.

Argument of the conference – English version :

Epistemic injustice, as defined by theorist Miranda Fricker in her book Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing (2007) has been an important topic in social, moral and political philosophy for the last fifteen years. We would like to share this news with the French academic public by creating the conditions for reflection and discussion on this concept that has become central in the abundant field of theories of justice. For Fricker, this concept designates a form of injustice specifically linked to knowledge. Fricker identifies two main forms of injustice: testimonial injustice, when the ability to narrate one’s own experience is questioned, inaudible, non-legitimate; and hermeneutical injustice, which refers to the inability to interpret one’s own situation or experience, in the absence of skills to interpret them within the dominant frameworks, or in the absence of interpretative resources specific to the groups that are victims of this form of injustice.

Fricker’s conceptualization allows for questions of who is considered a speaker worthy of being heard and what experiences count socially to be central questions of justice. By questioning the social and psycho-social determinants of these forms of injustice, she also opens up an analysis of the stereotypes that affect certain groups in their capacity as producers of knowledge – thus intersecting with theories of recognition or critical sociology – and invites a study of the mechanisms by means of which forms of structural but diversely distributed ignorance affecting certain social experiences or certain spheres of social life are constituted – echoing here theories of ideology and feminist epistemologies of point of view. Finally, by arguing that the development of specific epistemic virtues – such as listening, caring, or epistemic responsibility – are necessary responses to epistemic injustice, Fricker restates the question of the relationship between ethics and politics and the place of epistemic virtues in a political project of social transformation. His approach, and the numerous works that have been inspired by it, in particular in the field of gender and race studies, are still little known and studied in France and therefore deserve to be the subject of a conference that takes stock of the work done on the question while opening up new avenues for research.

The conference will thus be structured around three main axes: (1) a first, conceptual, axis would aim at questioning the perimeter of the concept of epistemic injustice and its relevance to think about a certain number of social phenomena, as well as its relationship with similar concepts that are more widely used in France, such as the concepts of symbolic violence or denial of recognition; (2) a second axis, more related to social philosophy, would aim at questioning the social and psycho-social determinants of the phenomenon in question and the way they are analyzed, in Fricker’s work and beyond – in particular in the works of Charles Mills, Shannon Sullivan or José Médina. We will focus in particular on the way in which the authors who mobilize this concept resolve the question of the articulation between vices and virtues on the one hand (or perceptual and moral dispositions) and social structures on the other hand, and on the place they give in the etiology of epistemic injustices to social relations of domination. Finally (3), a third axis, this time in political philosophy, will ask the question of what this concept does to our conceptions of justice and the question of the forms of resistance and institutional arrangements capable of responding to it. How to conceive epistemic justice, and its relationship with social justice and distributive justice. How can we articulate the concern to cultivate the required epistemic virtues and the imperative to modify the structural conditions of knowledge production and position allocation within the social space of knowledge? What lessons can be drawn from the experience of past social movements? These are some of the questions we will focus on.

Plus d’information : cliquer ici

 

Séminaire « Race et culture » : Alain POLICAR

Le vendredi 13 mai 2022, de 16h à 18h,

Le séminaire
« Race et Culture : Questionnements philosophiques » accueillera

Alain Policar (Sciences Po Paris)

qui donnera une conférence intitulée :

« Comment peut-on être décolonialiste ? ».


Pour s’inscrire :
https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-race-et-cu…-uw5d0zzt

 

Rencontres annuelles transatlantiques en Philosophie pratique

Rencontres annuelles transatlantiques en Philosophie pratique

Transatlantic Annual Workshop in Practical Philosophy

CRE (Montréal), le Centre Parr (Chapel Hill) et la Chaire Hoover (Louvain).

 28-29 avril 2022

Télécharger le programme ici

Pour plus d’informations et pour s’inscrire : http://www.lecre.umontreal.ca/%C3%A9v%C3%A8nement/transatlantic-annual-workshop-in-practical-philosophy/

 

Programme

28 avril
Heure (EST)  Heure (CET) 
9:00 15:00 Mot de bienvenue
9:05  15:05  Juan Olano (Chaire Hoover), “Are tech lumpenproletarians dominated?”
9:30 15:30 Discussion
10:00  16:00  Juliette Monvoisin (NoSoPhi), “Vulnerability, States’ Obligations and Migration Justice”
10:25 16:25 Discussion
10:55 16:55 Pause
11:10  17:10  Delaney Thull (Parr), “Non-Moral Anger”
11:35 17:35 Discussion
12:05  18:05  Éliot Litalien (CRÉ), “On the Value of Agency”
12:30 18:30 Discussion
13:00 19:00 Mot de clotûre
 

 29 avril

Heure (EST) Heure (CET)
9:00 15:00 Mot de bienvenue
9:05 15:05 Nicolas Nayfeld (NoSoPhi), “Our attitudes towards offenders”
9:30 15:30 Discussion
10:00 16:00  Federica Berdini (CRÉ), “Outline of a Philosophical Theory of Coping”.
10:25 16:25 Discussion
10:55 16:55 Pause
11:10 17:10 Pablo Scotto (Chaire Hoover),”The four-day work week: increasing flexibility or deepening the work/life dichotomy?”
11:35 17:35 Discussion
12:05  18:05 Evan Jones (Parr), “Covid, Death, Dignity: NYC’s Hart Island Cemetery and the Ethics of Caring for the Dead”
12:30 18:30 Discussion
13:00 19:00 Mot de clotûre

Table ronde Le Commun de la liberté

Jeudi 21 avril

de 14h à 16h 

 Table-ronde autour du livre de

  Catherine Colliot-Thélène,

Le Commun de la liberté (PUF, 2022)

 

La table ronde se tiendra uniquement en distanciel

 

Catherine Colliot-Thélène présentera son ouvrage en dialogue avec Pierre Crétois (Université Bordeaux Montaigne), Didier Fassin (EHESS et Institute for Advanced Study, Princeton) et Jean-François Kervégan (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne).

La table-ronde sera animée par Isabelle Aubert (en présentiel) et Magali Bessone (en distanciel).

Pour s’inscrire :
https://evento.univ-paris1.fr/survey/table-ronde-autour-d…-lgiibypl

Séminaire « NoSoPhi » : Monika BETZLER

Le jeudi 14 avril 2022, de 14h à 16h,

le Séminaire NoSoPhi accueillera

Monika Betzler (Université de Münich)

qui donnera une conférence intitulée :

« Ending a Romantic Partnership: Towards an Ethics of Divorce  »

Marie Bastin (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS)  sera sa répondante.

Pour s’inscrire en zoom :
https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-zo…-3un1saax

Pour s’inscrire en présentiel :
https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-bi…-zllkye4q

 

Séminaire « Race et culture » : Yala KISUKIDI

Le vendredi 1er avril 2022, de 16h à 18h,

Le séminaire
« Race et Culture : Questionnements philosophiques » accueillera

Yala Kisukidi (Université Paris 8)

qui donnera une conférence intitulée :

« Feux noirs. Une philosophie des indépendances ».

Pour s’inscrire :
https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-race-et-cu…-eg267zv0