Isabelle Aubert, Élodie Djordjevic, Gilles Marmasse (dir.), La pensée et les normes. Hommage à Jean-François Kervégan

Isabelle AUBERT, Élodie DJORDJEVIC, Gilles MARMASSE (dir.),
La pensée et les normes. Hommage à Jean-François Kervégan,
Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021

L’ouvrage La pensée et les normes rend hommage à l’œuvre de Jean-François Kervégan, professeur de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Philosophe des normativités, Jean-François Kervégan investit les champs de la philosophie allemande et de la philosophie pratique. En histoire de la philosophie allemande, on lui doit une actualisation de la pensée de Hegel, des études sur Kant, Marx, Jürgen Habermas et Axel Honneth. En philosophie pratique, outre des ouvrages consacrés à C. Schmitt, ses travaux s’intéressent notamment aux droits subjectifs, à l’institutionnalisme et à la nature des normes juridiques. La pensée et les normes discute les pistes de réflexion engagées par Jean-François Kervégan. En écho à ses travaux, les contributions du présent volume examinent les rapports entre les normes et la raison, à partir de l’histoire de la philosophie ou au prisme d’approches plus contemporaines mêlant philosophie, sciences sociales et droit.

Contributeurs :  I. Aubert, D. Baranger, O. Beaud, M. Bienenstock, M. Carpentier, C. Colliot-Thélène, E. Djordjevic, F. Fischbach, B. Haas, J.-F. Kervégan, G. Marmasse, M. Nobre, E. Picavet, R.B. Pippin, G. Preterossi, P.-Y. Quiviger, E. Renault, O. Tinland, N. Waszek.

[Présentation sur le site de l’éditeur]

Table des matières

Avant-Propos
Isabelle Aubert, Élodie Djordjevic, Gilles Marmasse

Première partie. Kant, Hegel et la normativité

Qu’est-ce que la vie éthique ? Un essai d’analyse
Franck Fischbach

Action et causalité. Remarques sur la conception hégélienne de l’imputation
Élodie Djordjevic

Le débat sur la morale kantienne dans Grâce et dignité de Schiller
Gilles Marmasse

Entre Hegel et Schmitt
Geminello Preterossi

Les consolations de l’absolu ? À propos de L’effectif et le rationnel. Hegel et l’esprit objectif de J.-F. Kervégan
Robert B. Pippin

Deuxième partie. Penser les normes aujourd’hui

Les normes, les institutions et l’effectivité paradoxale des principes rationnels
Emmanuel Picavet

La réalité morale est-elle construite ?
Isabelle Aubert

Critique sociale et connaissance
Emmanuel Renault

Le contractualisme contemporain : quelles parties, à quel contrat ?
Catherine Colliot-Thélène

Troisième partie. Le travail des juristes

Max Weber, les droits subjectifs et l’État. Quand un sociologue prend au sérieux le langage des juristes
Olivier Beaud

L’évanescence de la norme. Essai sur l’instabilité ontologique du phénomène normatif
Denis Baranger

Un slogan pour une étiquette ? Sur la séparation du droit et de la morale
Mathieu Carpentier

Une théorie institutionnelle du sujet de droit
Pierre-Yves Quiviger

Quatrième partie. Héritages hégéliens

De l’Encyclopédie de Hegel à la création par les hégéliens de nouvelles disciplines scientifiques
Norbert Waszek

Hegel théoricien du musée
Bruno Haas

L’« esprit absolu » hégélien entre les XIXe et XXIe siècles
Myriam Bienenstock

Nietzsche, Hegel et les contradictions de « l’âme allemande »
Olivier Tinland

La Phénoménologie de l’esprit en tant que modèle philosophique
Marcos Nobre

Cinquième partie. Retour sur un parcours

Normativité, juridicité, rationalité : un bilan
Jean-François Kervégan

Élodie Djordjevic, Sabina Tortorella, Mathilde Unger (dir.), Les Équivoques de l’institution

Élodie DJORDJEVIC, Sabina TORTORELLA, Mathilde UNGER (dir.),
Les Équivoques de l’institution. Normes, individu et pouvoir,
Paris, Classiques Garnier, 2021

Cet ouvrage présente les équivoques de l’institution et met à l’épreuve la conception singulière de la normativité qu’offre l’institutionnalisme. Juristes et philosophes y analysent les modes d’existence de l’institution, son rôle comme organisation sociale, ainsi que dans la genèse de l’État et de la liberté politique. Manière collective de penser et d’agir préexistant aux individus, l’institution permet de ne pas réduire les normes à des règles qui s’imposent de l’extérieur. L’examen des pratiques montre cependant que le risque est toujours présent d’une identification des normes à de simples contraintes intériorisées.

Contributeurs :  O. Beaud, J. Couillerot, V. Descombes, E. Djordjevic, Th. Guilluy, J.-F. Kervégan, P. Napoli, M. Plouviez, T. Pouthier, Ph. Raynaud, J.-M. Roux, Fr. Saint-Bonnet, S. Tortorella, M. Unger

[Présentation sur le site de l’éditeur]
[Table des matières]

E. Bertrand, M.-X. Catto et A.-D. Mornington (dir.), Les Limites du marché. La marchandisation de la nature et du corps

 

Elodie BERTRAND, Marie-Xavière CATTO et Alicia-Dorothy MORNINGTON (dir.), Les Limites du marché. La marchandisation de la nature et du corps, Paris, Mare et Martin, 2020.

Comment limiter le marché, lorsque son extension progressive gagne désormais des domaines qui jusqu’à récemment lui échappaient, comme le corps et la nature ? Cette question est au cœur des Commodification Studies, les études qui portent sur les problèmes éthiques, moraux ou sociaux posés par certains marchés particuliers (la GPA, les organes, les services environnementaux, etc.). Peut-on échapper à certaines formes de marchandisation alors que les avancées techniques ont permis à des « objets » nouveaux de circuler ? Au nom de quoi conserver des espaces, des choses, hors de la propriété individuelle ou du champ des négociations privées ? La marchandisation est contestée en ce que la progression du marché dans de nouveaux champs l’est. Mais le fait même de rendre compte des évolutions constatées en termes de marchandisation l’est également : le concept, essentiellement critique, est lui-même parfois contesté. Dans ce volume, des philosophes, des juristes et des économistes se saisissent de ces questions, interrogent la pertinence des arguments et des réponses produites. Leurs chapitres analysent la manière dont les choix politiques façonnent l’appréhension des nouveaux objets, et donc les termes du débat, ainsi que certaines alternatives possibles, qu’elles soient déjà à l’œuvre ou simplement pensées. Cet ouvrage est le premier en France à rassembler des travaux de chercheuses et chercheurs de plusieurs pays et disciplines, qui sont autant de contributions au champ, ainsi prolongé et renouvelé, des Commodification Studies. [Présentation sur le site de l’éditeur]

Magali Bessone, Faire justice de l’irréparable. Esclavage colonial et responsabilités contemporaines

Magali BESSONE, Faire justice de l’irréparable. Esclavage colonial et responsabilités contemporaines, Paris, Vrin, 2019

La traite et l’esclavage colonial sont des « crimes contre l’humanité », déclare la Loi du 21 mai 2001, dite « Loi Taubira ». Ce sont des injustices historiques, moralement condamnables. Mais quelle forme politique cette conviction morale peut-elle revêtir ? Pourquoi, comment, punir ou réparer des crimes dont tous les protagonistes sont depuis longtemps disparus ? Quelle théorie de justice adopter pour traiter – appréhender et évaluer – les demandes de réparations qui émergent et quel sens donner à la notion de « réparation » ? Enfin, quelle responsabilité les générations contemporaines peuvent-elles avoir à l’égard des injustices du passé  ?
Magali Bessone suggère que s’il est impossible de réparer l’histoire, on peut toutefois prendre au sérieux l’exigence de justice qui s’exprime dans les demandes de réparations. Écartant le langage du blâme et de la culpabilité, elle montre que notre responsabilité contemporaine de réparer l’injustice s’ancre dans ce que nous nous devons les uns aux autres au titre de citoyens. Il dépend de nous de ne pas ignorer notre passé et de viser la transformation de nos structures sociales et politiques afin de les rendre plus justes – plus conformes à la représentation que nous nous faisons de nos idéaux partagés.

[Présentation sur le site de l’éditeur]

J. Couillerot, E. Djordjevic, M. Plouviez, S. Tortorella (dir.), Marx et le droit

Jérôme Couillerot, Élodie Djordjevic,
Mélanie Plouviez, Sabina Tortorella (dir.),

Marx et le droit, Droit & Philosophie, vol. X,
Paris, Dalloz, 2019

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Karl Marx, ce dixième volume, dirigé par Jérôme Couillerot, Élodie Djordjevic, Mélanie Plouviez et Sabina Tortorella, est consacré à l’étude des rapports mutuels entre ce penseur et le droit. Réunissant des contributions de philosophes, de juristes et de sociologues, il étudie à nouveaux frais les rapports de Marx au droit, en réexaminant la conception marxienne du droit (Partie I), en étudiant ses réceptions et ses usages dans la théorie et la pratique juridiques (Partie II), en évaluant, enfin, la pertinence de certaines des perspectives qu’elle trace pour penser, aujourd’hui, le droit et l’État (Partie III).

Ont contribué à ce numéro Elie Aslanoff, Isabelle Aubert, Olivier Chassaing, Pauline Clochec, Jérôme Couillerot, Alexis Cukier, Claude Didry, Élodie Djordjevic, Yohann Douet, Franck Fischbach, Stéphane Haber, Amnon Lev, Jamila M. H. Mascat, Jean-Eudes Maes-Audebert, Éric Marquer, Clotilde Nouët, Stephano Petrucciani, Mélanie Plouviez, Geminello Preterossi, Sabina Tortorella et Jean-Baptiste Vuillerod.

[Présentation sur le site de l’éditeur]

Isabelle Aubert et Jean-François Kervégan (dir.), Dialogues avec Jürgen Habermas

Isabelle AUBERT et Jean-François KERVEGAN (dir.),
Dialogues avec Jürgen Habermas,
Paris, Éditions du CNRS, 2018

Jürgen Habermas, représentant majeur de l’École de Francfort, est devenu un auteur classique mais son oeuvre complexe et multiforme, composée d’une cinquantaine d’ouvrages et d’un millier d’articles, continue d’être mal identifiée. Comment saisir la diversité de ses intérêts, des théories de l’action et du langage à la morale et au droit ? C’est aussi un acteur qui intervient régulièrement dans la presse et les débats publics. Comment articuler ces prises de position avec ses travaux proprement théoriques ? Dialogues avec Jürgen Habermas, issu d’un colloque international, offre un panorama complet du parcours intellectuel de Habermas, depuis ses premiers écrits jusqu’aux plus récents. L’espace public, l’agir communicationnel, la modernité, la démocratie, l’autonomie, les intérêts de connaissance, etc. sont ici discutés. Plus largement, c’est l’actualité même de sa pensée qui est soulignée et interrogée à propos de thèmes qui font débat : les effets du droit sur la société, la compréhension que l’on peut avoir des crises du capitalisme, ou encore le rapport complexe de la modernité aux religions. Cet ouvrage comprend deux textes inédits du philosophe, un texte d’ouverture sur l’Europe et un texte de clôture où il répond aux intervenants.

[Présentation sur le site de l’éditeur]
[Table des matières]

Magali Bessone (dir.), Méthodes en philosophie politique

Magali BESSONE (dir.), Méthodes en philosophie politique,
Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2018.

Le clivage entre philosophie analytique et philosophie continentale a-t-il du sens en philosophie politique ? Peut-on faire de la philosophie politique sans étudier l’histoire des concepts et théories politiques ? La fonction critique de la philosophie politique transforme-t-elle nécessairement cette dernière en philosophie sociale ? Comment la philosophie normative dialogue-t-elle avec les sciences sociales, avec le droit, avec l’économie ? La philosophie politique a-t-elle un terrain propre et avec quels outils l’aborde-rait-elle ? Le ou la philosophe politique peut-il, doit-il, faire abstraction de sa situation singulière pour théoriser les problèmes qu’il ou elle se pose ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles les douze contributions réunies dans ce volume apportent des réponses croisées, réfléchissant chacune à partir de son objet particulier (la démocratie, la nation, le travail, la peine, l’entreprise, la mondialisation…) à la justification et à la légitimation des processus de théorisation qui sont au coeur des méthodes en philosophie politique.

[Table des matières]

Marie Garrau, Politiques de la vulnérabilité

Marie GARRAU, Politiques de la vulnérabilité,
Paris, Éditions du CNRS, 2018

En une vingtaine d’années, la notion de vulnérabilité est devenue omniprésente dans le débat public et les discours politiques. On ne compte plus le nombre de références aux groupes, populations ou personnes dites « vulnérables ». Mais en quoi consiste cette vulnérabilité à laquelle il est fait référence ? Et quelles en sont les implications morales et politiques ? C’est à ces questions que ce livre est consacré. Penser la vulnérabilité exige de naviguer entre plusieurs écueils. Il faut à la fois reconnaître qu’elle constitue une structure d’existence commune, à ce titre universellement partagée, sans toutefois omettre de prendre en compte ses variations différentielles et sa distribution inégalitaire, soit le fait que certaines personnes sont rendues particulièrement vulnérables par certains types d’organisation sociale. Aussi faut-il appréhender la vulnérabilité à partir d’une double perspective, philosophique et sociologique. Il sera alors possible de définir une politique de la vulnérabilité, visant la reconnaissance de notre fragilité commune et la lutte contre les processus sociaux qui induisent son intensification.

[Présentation sur le site de l’éditeur]
[Table des matières]